Logo Bundesagentur für Arbeit
Logo Bundesagentur für Arbeit
  • Drucken
  • Versenden
  • PDF (Öffnet sich in neuem Fenster)

Kategorien

„Les langues sont comme une balle avec laquelle je joue“

Bunte Sprechblasen aus Papier, auf denen auf verschiedenen Sprachen "Hallo" und "Wie geht es dir?" steht.
Englisch, Spanisch, Italienisch oder Französisch – seine Leidenschaft für Sprachen konnte Mark Wendt beim Bundeswettbewerb Fremdsprachen unter Beweis stellen.
Foto: Julien Fertl

Concours national de langues étrangères

„Les langues sont comme une balle avec laquelle je joue“

Mark Wendt est l'actuel gagnant du Concours national de langues étrangères. Il a reçu la passion des langues avec le lait maternel.

On me demande souvent pourquoi je m'intéresse autant aux langues. Mais j'ai vraiment du mal à donner une réponse à cette question : est-ce parce que j'ai une mère mexicaine et un père allemand, parce que j'ai grandi avec plusieurs langues et que j'ai vécu les premières années de ma vie au Mexique? Ou bien est-ce parce que je suis scolarisé dans un établissement où je prépare le bac franco-allemand? Ou bien encore parce que j'ai commencé à apprendre l'anglais dès l'école primaire, et l'italien depuis l'âge de treize ans, et que les langues étrangères ont toujours fait partie de mon quotidien? Je crois que c'est un peu tout cela. Une chose est sûre: les langues, c'est mon grand passe-temps.

Alors que d'autres vont à leur entraînement de foot, moi je m'assieds à mon bureau et je jette un œil sur du nouveau vocabulaire: ma balle, ce sont les mots. En ce moment, j'apprends également le portugais et le russe par moi-même, parce que je trouve ça passionnant.

La première fois que j'ai participé au Concours national de langues étrangères, j'avais treize ans, et c'était avec ma classe de huitième année. Depuis, j'y ai participé chaque année, également dans la catégorie “solo“ et “solo plus“, où j'ai souvent obtenu l'une des premières places.

Discussions de groupe et rencontres avec le jury

Ein Portrait-Foto von Mark Wendt.

Mark Wendt

Foto: privat

Lors de la dernière session, tous les participants ont d'abord dû déposer un document vidéo sur une personnalité connue, ainsi qu'un commentaire audio sur les aspects positifs et les difficultés rencontrés lors du tournage de cette vidéo.
J'ai réalisé un documentaire en français d'une durée de trois minutes et demie sur Ludwig Lejzer Zamenhof, l'inventeur de la langue universelle appelée espéranto. Son objectif était de créer un langage pour l'ensemble de l'humanité, et ainsi d'unir les différents peuples dans la paix. Ma présentation a plu au jury et j'ai donc été invité à participer à l'étape suivante, qui est le concours régional et qui a lieu à Mannheim.

Là-bas, il n'a été question que de langues pendant trois jours. Nous avons pu faire la démonstration de nos capacités à travers diverses tâches à effectuer, dont par exemple une discussion de groupe ayant pour sujet “Le vrai voyage commence sur Internet“. Tous les participants – et c'était bien là la difficulté – communiquaient dans des langues différentes, entre autres le français et le mandarin. L'unique moyen de communication commun à tous était l'anglais car, évidemment, l'allemand était formellement interdit.

Rencontre avec mes semblables

La partie du concours que j'ai le plus appréciée a été l'expression libre. On y parle pendant vingt minutes avec un jury composé de deux personnes sur un sujet qu'on propose soi-même au préalable. De la politique à l'art, on peut choisir tout ce qu'on veut. Car l'important n'est pas de briller par l'étendue de ses connaissances dans un domaine particulier, mais plutôt de faire preuve de spontanéité et de créativité en improvisant lorsqu'on ne connaît pas un mot ou bien la réponse à une question.

Jamais je n'aurais envisagé l'éventualité de sortir vainqueur de cette rencontre, et c'est pourtant ce qui s'est passé. J'ai gagné un prix et j'ai été admis à Fondation d'Etudes du Peuple Allemand, ce qui m'a fait très plaisir. Mais ce qui a encore plus compté pour moi, c'est d'avoir rencontré durant ce week-end tant de gens s'intéressant à toutes sortes de choses et partageant ma passion pour les langues. Et grâce à ma participation au Concours national de langues étrangères, j'ai pu me faire une idée claire sur ce que je voudrais faire plus tard : je rêve de travailler au sein du corps diplomatique et d'y utiliser mes connaissances linguistiques lors de négociations entre interlocuteurs de tous pays. J'aimerais vraiment apprendre encore plus de langues – l'arabe et le mandarin figurent tout en haut sur ma liste.

Hier geht's zur deutschen Version >>

 

abi>> 22.05.2019